GRAF dans le domaine de l’assainissement autonome

GRAF dans le domaine de l’assainissement autonome2018-12-07T13:50:00+00:00

Depuis plus de 50 ans, Graf conçoit et commercialise des équipements en plastique. En 1974, la société a commencé à développer des produits dédiés à la récupération des eaux pluviales. Actuellement, elle figure parmi les sociétés leaders dans la gestion des eaux : récupération, rétention, utilisation et assainissement non collectif.

À propos de la société Graf

L’équipe GRAF considère l’eau potable comme étant une ressource qu’il faut préserver et économiser. Dans ce sens, elle a développé des produits qui permettent d’utiliser l’eau de pluie comme alternative à l’eau potable pour l’alimentation du lave-linge, des toilettes, et pour l’arrosage du jardin. Selon la société, les économies réalisables sont de l’ordre de 85 % pour les industriels et de 50 % pour les ménages.

Dans le domaine de l’assainissement non collectif, Graf développe des dispositifs autonomes de traitement des eaux usées domestiques. Elle figure parmi les leaders français dans ce domaine, aux côtés de Tricel, Sebico, SMVE, etc.

Parmi ses produits phares, on peut citer la micro-station d’épuration Graf EasyOne et la micro-station Graf Klaro. Tous les deux étant des systèmes compacts et agréés par le Ministère de l’Environnement et de la Santé.

Pour répondre aux besoins de réhabilitation des filières traditionnelles, la marque conçoit des modèles de fosses toutes eaux qui répondent aux réglementations actuelles en matière d’assainissement individuel.

Micro-station Graf EasyOne et Graf Klaro

L’assainissement non collectif est obligatoire en France lorsque le tout-à-l’égout n’est pas accessible, et cela concerne environ 5 millions de logements. Il importe donc de découvrir les solutions que propose la société dans ce domaine.

D’une part, Graf a lancé sa gamme de micro-stations baptisées EasyOne qui fonctionnent selon le principe de boues activées. Il s’agit d’un dispositif constitué d’une seule cuve, c’est-à-dire d’une seule chambre pour assure le prétraitement et le traitement des eaux. Ce modèle permet donc de supprimer les phases de transferts et d’alimentation en eaux usées ainsi que le mécanisme de retour des boues. Selon la société, ce concept réduit considérablement la consommation d’énergie de la micro-station.

Une micro-station coute 6000 à 12 000 euros. On se demande donc si la réduction de la consommation constitue un véritable critère de choix pour cette filière, étant donné que la facture annuelle d’électricité pour les modèles classique est d’environ 50 euros.

Lorsque Graf a acheté la marque Klaro, spécialisée dans la conception de micro-stations SBR, elle a également lancé un autre modèle de micro-station appelé Graf Klaro. Ce dispositif ne comporte aucune pièce mécanique ou électrique dans la cuve. Il permet le passage de véhicules, la pose en nappe phréatique et le rejet des effluents traités directement dans le milieu naturel. Bref, c’est un dispositif robuste, compact et performant.

Graf, un leader de l’assainissement autonome ?

Les deux gammes de micro-stations proposées par la société sont les principales solutions qui font sa réputation. Il faut toutefois mentionner que le procédé à boue activée est moins performant que celui à culture fixée, une technologie qui attire de plus en plus la convoitise des particuliers.

Et pour finir, n’oubliez pas que si les micro-stations SBR offrent un haut rendement épuratoire, certains modèles à culture fixée peuvent actuellement offrir les mêmes performances, et ce, pour un prix réduit.

Reste donc à savoir si ces deux gammes de produits permettront à Graf de prendre une longueur d’avance sur ses concurrents dans les années à venir.