Prix d’une fosse septique sans épandage

Prix d’une fosse septique sans épandage2018-07-25T14:36:12+00:00

Pour de nombreux logements situés dans des zones plus ou moins rurales, installer une fosse septique est souvent une bonne solution pour traiter les eaux usées domestiques, malgré l’impossibilité du raccordement à l’égout.

Contrairement aux filières traditionnelles, la fosse septique sans épandage est plus compacte et donc moins coûteuse en termes de prix d’achat et d’installation.

Alors, quel est exactement le prix d’une fosse septique sans épandage ? En réalité, il n’est pas toujours évident d’évaluer son coût exact puisqu’il faut considérer plusieurs paramètres. Ce dossier tente de les lister et de vous livrer quelques conseils pour mieux préparer votre budget.

Qu’entend-on par fosse septique ?

La fosse septique est un dispositif destiné à assurer le prétraitement des eaux usées. Il fonctionne en liquéfiant une partie des éléments solides contenus dans les eaux avant que celles-ci entrent en phase de traitement.

Ceci signifie que les eaux qui sortent de cet équipement ne sont que partiellement épurées. Cependant, celles-ci ne doivent pas être relâchées dans la nature que lorsque les germes bactériens et les éléments nocifs pour l’environnement sont totalement éliminés. C’est la raison pour laquelle l’installation de la fosse septique est désormais interdite en France.

Et ce n’est pas tout ! L’autre grand défaut de la fosse septique est son emprise au sol. Le dispositif à proprement parler ne prend pas beaucoup de place. Son emprise au sol est d’environ 5 à 10 m2. Une fois installée, elle reste donc discrète. Mais pour pouvoir épurer efficacement les eaux, elle doit être suivie d’un épandage tel qu’un filtre à sable, des tranchées d’épandage, etc. Pour installer un tel système, il faut une très grande surface qui peut aller jusqu’à plus de 100 m2.

Un problème se pose alors lorsque vous n’avez qu’une parcelle minime de terrain à dédier à l’assainissement.

La fosse toutes-eaux, une alternative à la fosse septique

À l’inverse de la fosse septique traditionnelle, qui ne peut traiter que les eaux des WC, la fosse toutes eaux permet de collecter puis de traiter l’ensemble des eaux usées domestiques, à savoir les eaux ménagères (eaux grises) et les eaux-vannes issues des toilettes.

Un arrêté national du 7 septembre 2009 interdit donc l’installation d’une fosse septique. Une loi de 2011 visant à stopper la pollution des nappes phréatiques et des sols préconise également de remplacer ce dispositif par une fosse toutes-eaux. Celle-ci était donc devenue la norme, l’unique système de traitement des eaux que vous pourrez installer dans le cadre d’une remise aux normes de l’assainissement ou pour pré-traiter les eaux d’un nouveau logement.

Combien devez-vous payer pour installer une fosse toutes eaux (FTE) ?

D’une manière générale, l’installation d’une FTE vous sera facturée à partir de 5000 euros. La raison est que cela fait intervenir différents éléments tels que les dépenses liées à l’étude du sol, celles relatives à l’achat du dispositif à proprement parler ainsi qu’à la pose de l’assainissement.

L’étude des sols

Le Service public de l’Assainissement non collectif (SPANC) est une entité destinée à vous conseiller dans votre projet d’assainissement. Avant toute chose, elle vous recommandera de réaliser une étude certifiée de votre système de traitement des eaux usées. Le délégataire du SPANC va évaluer si le terrain est adapté à la pose d’une fosse toutes eaux, sinon il vous orientera vers d’autres alternatives.

  • Le coût de cette prestation est d’environ 300 à 600 euros.

Le prix d’achat du dispositif

Selon le matériau de fabrication et le volume recommandé par votre spécialiste à l’issue de l’étude du sol, le coût d’une FTE peut varier en conséquence.

  • En général, vous devez prévoir un budget d’environ 400 à 1500 euros pour acheter le dispositif.

Il va sans dire que le coût de l’étude de la filière et celui du système sont relativement abordables. Mais le poste de dépense le plus notable est souvent celui de prix de la main d’œuvre.

  • En moyenne, l’installation d’une fosse septique est accessible à partir de 4500 et peut aller jusqu’à 10000 euros pour les FTE qui requièrent des chantiers longs et complexes.

Attention : l’installation d’une FTE doit être réalisée par un professionnel

Si vous avez un grand terrain à sacrifier pour l’assainissement, vous pouvez mettre en place une FTE. Certains pensent que le fait de poser eux-mêmes leur fosse septique pourrait leur faire économiser de l’argent en termes de main d’œuvre. Toutefois, la loi vous oblige à recourir à un spécialiste de l’assainissement pour assurer cette tâche.

En faisant appel à un installateur agréé, vous conserverez la garantie décennale liée à votre dispositif. Par ailleurs, vous pourrez être certain que votre système est conforme aux réglementations en vigueur. Dans le cas contraire, sachez que la remise aux normes pourrait vous coûter des milliers d’euros supplémentaires.

Les différents types d’épandage

Tout comme la fosse septique traditionnelle, la FTE demeure un dispositif destiné à pré-traiter les eaux usées. Il importe donc de le coupler à un autre dispositif de traitement, c’est à dire un système d’épandage.

Ce système sert d’épurateur grâce à des bactéries présentes dans le sol, capables d’éliminer les matières organiques dans les eaux. Il permet également d’évacuer les eaux usées traitées. La perméabilité du sol doit donc être irréprochable pour que le système puisse les disperser.

On peut considérer plusieurs solutions pour traiter les eaux usées par un système d’épandage souterrain ou par le sol reconstitué.

L’épandage souterrain

Cette forme d’épandage classique est constituée de tuyaux rigides et perforés. Ils sont disposés dans un lit de faible profondeur (ou dans des tranchées) puis recouverts de graviers. Le sol en place épure les eaux grâce à l’action des bactéries présentes qu’il renferme naturellement. Il sert également de moyen d’évacuation (infiltration) des eaux traitées.

Le filtre à sable

Traditionnellement, le filtre à sable est le système de traitement le plus prisé pour assurer le traitement des eaux domestiques. Des micro-organismes fixés sur le sable dégradent les éléments polluants dans les effluents avant l’infiltration des eaux dans le sol. Ce système est recommandé lorsque le sol en place n’est pas suffisant pour permettre la mise en place de l’épandage souterrain ou lorsque la filière d’assainissement se trouve à proximité d’une nappe phréatique.

Le tertre d’infiltration

Le tertre d’infiltration est une déclinaison du filtre à sable, à la différence qu’il n’est qu’en partie enterré. Il peut même être installé complètement hors-sol. Cette solution constitue une bonne alternative à l’épandage classique lorsque la nappe phréatique est trop proche du terrain naturel ou lorsque celle-ci se trouve à une faible profondeur (moins de 80 cm). Vous pouvez aussi installer un tertre d’infiltration en présence de zones inondables ou de sols rocheux.

Le filtre planté

Ce système est considéré comme écologique. C’est aussi le seul dispositif d’épandage agréé, c’est-à-dire qu’il peut fonctionner sans fosse toutes eaux. Il fait appel à des végétaux macrophytes (roseaux, jonc, massettes, scirpes, etc.) pour épurer l’eau. À noter que le filtre planté peut être utilisé en tant que dispositif d’assainissement à part entière ou installé en traitement après une fosse toutes eaux.

L’inconvénient de l’épandage est son emprise au sol importante. Il requiert également un sol adapté et peut facilement se colmater lorsque la fosse toutes-eaux est mal entretenue.

Les différentes solutions de fosse septique (ou fosse toutes eaux) sans épandage

Grâce aux avancées technologiques, il existe actuellement des solutions d’assainissement sans épandages. Ce sont des filières agréées par les ministères de l’Environnement et de la Santé. Bien qu’elles ne soient apparues que depuis quelques dizaines d’années, elles sont rapidement devenues très en vogue. Il s’agit en effet de la micro-station d’épuration et du filtre compact.

Parlons tout d’abord de la micro-station

Ce dispositif d’assainissement non collectif ressemble à une station d’épuration urbaine, mais en version miniature. Il est composé d’une seule cuve divisée en trois parties. La première assure le rôle de fosse toute eaux, tandis que les deux autres sont destinées au traitement et à la clarification des eaux pré-traitées.

Pour remplacer le système d’épandage classique, la micro-station fonctionne en accélérant l’épuration biologique des matières polluante grâce à un apport d’air via un compresseur d’air électrique. Lorsque les bactéries aérobies sont alimentées en oxygène, elles peuvent se développer rapidement et digérer les éléments polluant contenues dans les eaux après leur prétraitement. L’eau qui sort du dispositif peut donc être rejetée dans l’environnement ou servir à l’irrigation des plantes d’ornement.

Le principal avantage d’une micro-station est son emprise au sol. Le système dans son ensemble ne requiert qu’une surface de 5 à 10 m2 pour un logement standard. C’est donc la solution recommandée pour les habitations qui ne disposent que d’un petit terrain à consacrer à l’assainissement.

L’assainissement avec un filtre compact

Le filtre compact est aussi un dispositif d’assainissement individuel à la fois performant et compact. Bien qu’il soit plus grand que la micro-station (emprise au sol d’environ 15 m2) il demeure une excellente alternative au système traditionnel avec épandage.

Un filtre compact est composé d’une fosse toutes-eaux qui assure le prétraitement des eaux, et d’un massif filtrant. La cuve de décantation peut être installée séparément du massif filtrant ou intégrée à ce dernier.

Le massif filtrant remplace le système d’épandage. À l’intérieur, un média filtrant naturel tel que la fibre de coco, la laine de roche ou la zéolithe est installé. Ce substrat naturel va retenir physiquement les éléments polluants dans les eaux. Les bactéries épuratrices toujours présentes dans les eaux vont se développer sur ce média filtrant et éliminer les matières polluantes restantes. Les eaux sortant du filtre compact peuvent ensuite être rejetées dans la nature, sans danger pour la santé humaine et pour l’environnement.

Le choix entre ces deux dispositifs dépend de la surface disponible et de vos moyens. Pour vous aider, l’Etat a mis en place le SPANC (Service Public de l’Assainissement non collectif), une institution qui peut vous conseiller lorsque vous aller mettre en place votre système d’assainissement.

Dans tous les cas, sachez que la micro-station est la solution d’excellence pour les résidences principales, alors que le filtre compact est le dispositif idéal pour les résidences secondaires.

Le prix d’une fosse septique sans épandage

Le prix de l’assainissement sans épandage évolue en fonction de la filière adoptée (filtre compact ou micro-station) et le nombre d’habitants. Pour déterminer le coût global, il convient de prendre en compte :

  • L’étude de faisabilité du projet d’assainissement,
  • Le prix d’achat du dispositif, son coût de fonctionnement et de maintenance,
  • L’éventuel coût de relevage, au cas où la configuration du terrain ne permet pas l’écoulement gravitaire de l’eau.

Comme pour l’installation d’une fosse toutes-eaux, l’étude du sol vous sera facturée 300 à 600 euros. Le prix peut dans ce cas varier en fonction des analyses et des carottages réalisées. Attention toutefois, car le budget à allouer à cette opération ne devrait pas dépasser les 600 euros. Si tel est le cas, il est préférable de contacter un autre bureau d’étude.

Avant le début des travaux et après l’installation de la filière, le SPANC va s’assurer que ceux-ci sont réalisés selon les normes en vigueur. Pour la première intervention, prévoyez environ 186 euros. Quant au second contrôle, réalisé avant le remblaiement du système, cela vous coûtera 70 à 135 euros.

Enfin, pensez à intégrer dans le coût total de votre assainissement les dépenses liées à l’entretien annuel et aux vidanges de votre dispositif compact (les boues doivent généralement être extraites de la station tous les deux à 4 ans). Pour chacune de ces opérations, prévoyez un budget de 150 à 300 euros.

Si votre installation nécessite une pompe de relevage, cet équipement vous coûtera 700 à 3 000 euros selon le type des eaux usées à traiter et la hauteur de relevage.

Tout particulièrement, la micro-station a besoin d’énergie pour fonctionner. Le montant de la facture d’électricité varie de 150 à 200 euros par an (entretien des équipements compris).

Enfin, le plus gros investissement est l’achat du dispositif proprement dit. Pour installer une micro-station, vous devez prévoir en moyenne 6 000 à 12 000 euros. Cette filière est un peu plus chère que le filtre compact qui, quant à lui, est accessible à partir de 8 000 jusqu’à 11 000 euros, mais son avantage est qu’elle est deux fois plus compacte.

Il importe de noter que les fosses septiques sans épandage sont plus onéreuses que celles dotées d’un tel système. À titre de comparaison, un FTE avec lit d’épandage est par exemple accessible à partir de 3 500 jusqu’à 6 000 euros. Pourtant, dans l’ensemble et sur le long terme, la mise en place d’une filière compacte s’avère plus avantageux (travaux de terrassement réduits, entretiens faciles et peu coûteux, possibilité de réutiliser l’eau pour l’irrigation des végétaux, médias filtrant souvent recyclables en fin de vie, etc.).

Conclusion

Certes, l’installation d’une fosse septique sans épandage est un gros investissement. Mais sachez que si vous confiez l’installation de votre dispositif à un professionnel certifié, vous pourrez bénéficier du prêt à taux zéro (tout particulièrement pour le filtre compact) et d’une réduction de la TVA à 10 %. Ces deux opportunités vous permettront de minimiser vos dépenses, tout en profitant d’un assainissement fiable.

Nous disposons d’un réseau de partenaires partout en France prêt à vous aider pour votre projet d’assainissement.

Remplissez le formulaire pour recevoir un devis gratuit, et sans engagement.












J'accepte d'être recontacté par un partenaire de prixmicrostation.com